Les maudits mots de Durban II

GENEVE – La dernière journée de la conférence de Genève sur le racisme, qui vient de se terminer, a vu l’entrée en scène des organisations non gouvernementales, ces ONG qui hérissent le poil des membres de certaines délégations. Il y a en particulier des mots à ne pas prononcer. Dans une chronique il y a un an, j’avais raconté comment la moindre évocation de la charia déclenchait invariablement une réaction courroucée de l’Egypte. Cette fois, c’est une organisation défendant la culture berbère qui s’est fait rappeler à l’ordre par la Libye, celle-ci s’exprimant aussi au nom de ses voisins du Maghreb.

Tibétain est un autre mot à éviter si l’on veut pouvoir aller au bout de son exposé. Mais comment faire quand on représente une association de défense des droits des Tibétains ? Pour donner une idée de ce qui arrive alors, voici ci-dessous un résumé de l’intervention de la représentante de l’organisation Campagne internationale pour le Tibet, dont le discours s’est vu saucissonné par les interruptions (en italiques) de la Chine. 

L’oratrice dit d’abord avoir noté avec intérêt les déclarations de l’ambassadeur Li Baodong, selon lesquelles « la Chine était disposée à travailler avec tous les gouvernements et la société civile pour créer un monde sans discrimination, ni haine, peur ou préjugé ». Elle ajoute qu’il reste à voir si cela se traduira concrètement dans les faits.  L’oratrice raconte ensuite la mésaventure de Tibétains à Pékin, anecdote rapportée dans un blog, au cours de laquelle des Tibétains avaient été expulsés d’un hôtel. L’incident démontre, selon l’oratrice, la discrimination à laquelle les Tibétains sont confrontés.

(Une motion d’ordre de la Chine fait alors valoir la grande importance qu’elle attache à la présence des organisations non gouvernementales ; toutefois, celles-ci doivent s’exprimer de façon intelligente, s’en tenir à l’ordre du jour sans attaquer de pays en particulier. Le gouvernement chinois a un droit de réponse si l’on profère des mensonges, ajoute le représentant de la Chine, demandant à l’oratrice d’en tenir compte)

Celle-ci reprend en expliquant que les Tibétains sont en butte à une discrimination systématique en matière d’éducation et de santé.  L’intensification de la répression de l’Etat contre les Tibétains à la suite des troubles de mars 2008…

(La Chine l’interrompt faisant à nouveau valoir une motion d’ordre : il semble, dit son représentant, que certaines ONG ignorent le règlement intérieur et que les débats de ces deux derniers jours montrent que celles-ci ne savent pas qu’elles doivent uniquement se concentrer sur le point à l’ordre du jour)

La représentante de Campagne internationale pour le Tibet reprend : on assiste à un effort délibéré par lequel les autorités veulent systématiquement faire passer les Tibétains pour des suspects, voire des terroristes, ce qui ne favorise pas la recherche d’une solution, remarque-t-elle.  La tragédie de millions de Tibétains est qu’ils continuent de ployer sous une occupation des plus oppressives et qu’ils subissent des politiques les plus dures du gouvernement chinois depuis 1949… 

(La Chine demande qu’il soit mis un terme à l’intervention ; le président donne la parole à l’orateur suivant)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s