Rideau

UNION EUROPEENNE – L’Europe centrale passe définitivement à l’Ouest. De la Tchéquie aux Pays baltes en passant par la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie, nos cousins de l’ex-bloc « socialiste » rejoignent enfin leurs cousins de l’Ouest en abolissant les contrôles aux frontières, par la grâce des accords de Schengen.

Je me souviens de mes passages à l’Est dans les années 70 par la route et par le train : après avoir traversé l’Allemagne de l’Ouest à vive allure, on se heurtait à la frontière tchécoslovaque. Ca durait au moins une heure, il fallait ouvrir le coffre de la voiture, parfois intégralement en vider le contenu. C’est que l’on ne pénétrait pas comme ça dans le paradis du « socialisme réel » convoité par l’ennemi capitaliste ! La Tchécoslovaquie était alors une sorte de protectorat russoviétique. Dans le train Paris-Prague, lors du franchissement du rideau de fer, le drapeau tricolore tchécoslovaque était surmonté du drapeau rouge frappé de la faucille et du marteau. C’était l’ère de la doctrine Brejnev dite de « souveraineté limitée » des alliés de l’URSS

Je me souviens de la frontière bulgare en août 1972, des douaniers armés jusqu’aux dents, qui nous avaient dit que si nous voulions passer il fallait « kouper lê chevaux » ; ou bien opter pour un autre itinéraire pour rallier Istamboul, celui de la Grèce des colonels. Quel choc ! Parce que nous avions les cheveux longs, les camarades nous disaient d’aller nous faire voir ailleurs, chez les fachos d’Athènes en l’occurrence. Finalement, ils nous avaient royalement accordé dix heures pour traverser le pays et ne pas ainsi donner le mauvais exemple à la jeunesse de la République populaire de Bulgarie.

Je me souviens aussi de ce jeune garde-frontière qui était précipitamment descendu de son mirador dans les faubourgs de Bratislava, sur la rive sud du Danube, alors que je tentais de prendre – à contre-jour – des photos de la frontière avec l’Autriche. Encombré de sa kalachnikov, il m’avait néanmoins rattrapé et je lui avais menti en lui baragouinant en russe que le soleil m’avait empêché de déclencher l’appareil. Et, de fait, la photo ne valait rien…

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans… Le rideau de fer a disparu et on n’imaginait pas alors que l’idée d’édifier des murailles, des « barrières de sécurité » serait reprise, améliorée même, mais par le monde libre cette fois.

Je me souviens du passage de la frontière entre le Canada et les Etats-Unis où, il y a 25 ans, un simple document d’identité, parfois même sans photo, pouvait suffire. Depuis, il y a eu un certain 11 septembre 2001. Aujourd’hui, il faut non seulement une pièce d’identité officielle avec photo, un permis de conduire par exemple, mais aussi une preuve de citoyenneté, tel qu’un certificat de naissance. Bref, autant avoir un passeport. Et si l’on voyage par avion, il en faut désormais obligatoirement un pour entrer et sortir des Etats-Unis, que l’on soit canadien ou américain.

Dérive des continents oblige, le nouveau monde continue ainsi de s’éloigner du Vieux Continent où l’on aimerait que l’effacement des frontières soit irréversible.

bgiansetto@orange.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s