La Corée du Nord future Suisse de l’Asie ?

GENEVE – Le Conseil des droits de l’homme, actuellement en session à Genève, vient de se pencher sur le cas de la « République populaire démocratique de Corée », appellation officielle de la Corée du Nord. Un rapport sans concession a été présenté au sujet du dernier régime stalinien de la planète. Son auteur, M. Vitit Muntarbhorn, un universitaire thaïlandais, a souligné que «la tragédie du pays venait du fait que ceux qui se trouvaient au sommet cherchaient à survivre aux dépens et au détriment de la majorité de la population». Avec pour résultat que l’on y crève de faim. Le rapporteur se permet de suggérer à Pyongyang de moderniser son système politique pour permettre une plus grande participation de la population. Les projets de développement doivent être axés sur le critère politique du «peuple d’abord» – un comble pour un pays prétendument communiste – en réorientant les budgets, y compris militaires, vers le domaine social. Il déplore que le régime ait mis la priorité sur la bombe atomique plutôt que sur la satisfaction des besoins de base de la population.

La délégation nord-coréenne au Conseil des droits de l’homme lui a répondu d’aller se faire voir. Pas comme ça bien sûr mais presque. Le représentant de Pyongyang a jugé que le rapport véhiculait toutes sortes d’affabulations et de diffamations. Il a souligné que ce n’étaient pas les pressions politiques qui feraient changer le pays d’un iota. Il a assuré enfin que la RPDC disposait de son propre système de protection des droits de l’homme assurant toutes les garanties légales et institutionnelles voulues.

L’autre matin, la Radio suisse romande racontait que le fils cadet de Kim Jong-il, le « cher dirigeant« , comme il est surnommé par son peuple (du moins si l’on en croit la propagande officielle) avait fait ses études à Berne. Sous une fausse identité. Or, ce garçon serait favori de son père pour lui succéder à la tête du pays. Par ailleurs, la Corée du Nord a apparemment envoyé une mission récemment ici pour étudier… le fédéralisme helvétique. Les agents chargés de la tâche ont confié qu’ils avaient trouvé ce système « compliqué ». Tout cela semble quelque peu surréaliste mais on peut rêver qu’un jour la Corée du Nord sera vraiment populaire et démocratique. Avec en plus, peut-être, si Dieu lui prête vie, un chef d’Etat parlant couramment suisse-allemand, ce qui n’est pas si courant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s