ONU : les 9 qui ont dit « non » à la Palestine sont-ils du bon ou du mauvais côté de l’Histoire ?

NEW YORK – 138 oui, 9 non, 41 abstentions : 65 ans jour pour jour après le partage de la Palestine, ce qu’il en reste a finalement été « admis » à l’ONU en ce 29 novembre 2012 sous les applaudissements nourris de l’Assemblée générale. « Admis » avec des guillemets car un « Etat observateur non membre« , à l’instar du Vatican, ça n’est en effet pas très sexy. Le vote a pourtant sans doute été historique, même s’il ne changera pas grand-chose dans la réalité pour le moment. La réalité, c’est en effet qu’il n’y a toujours pas d’Etat palestinien en tant que tel et qu’il est probable que sa gestation soit encore loin d’être achevée.

Pourtant, certains donnent le sentiment d’être du mauvais côté de l’Histoire, en donnant l’impression qu’ils tentent de ralentir, sinon d’arrêter, sa marche inexorable. Ce sont les neuf Etats membres de l’ONU qui ont voté « non ». Passons sur Israël qui, pendant des décennies, avait réussi à faire croire au reste du monde que la Palestine ça n’existait plus, et qui a donc décidément du mal à sortir du déni.

En dehors de l’Etat juif donc il y a un poids lourd parmi les neuf, les Etats-Unis, trois poids très moyens, le Canada, le Panama et la Tchéquie, et quatre poids plumes, les îles Marshall, la bien nommée Micronésie, Nauru et Palau. Il s’agit de quasi-colonies américaines du Pacifique, des micro-Etats qui votent systématiquement comme les Américains et les Israéliens.

L’argument des neuf « non », c’est que cette reconnaissance internationale de la Palestine ne peut qu’entraver l’émergence d’un Etat en bonne et due forme. Ce vote affecterait un « processus de paix » pourtant au point mort. Est-il vraiment possible de ralentir encore un objet immobile ? On ne voit décidément pas ce que les Palestiniens avaient à perdre dans cette affaire. Ils n’ont pas gagné grand-chose en ce 29 novembre, me direz-vous. Une reconnaissance symbolique, c’est mieux que rien, non ?

Le président palestinien Mahmoud Abbas à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU le 29 novembre 2012 ©  photo Jacques Baudrier

2 commentaires sur “ONU : les 9 qui ont dit « non » à la Palestine sont-ils du bon ou du mauvais côté de l’Histoire ?

  1. Excellente, cette chronique…
    Je ne sais pas pourquoi, mais m’a fait remonter le temps jusqu’à notre première année d’études au CFJ. Celle où notre promo – la meilleure, puisque c’est la nôtre – comptait dans ses rangs une jeune Palestinienne, Mary Samara. Un jour, m’entendant dire que je venais d’un pays tellement petit qu’on le cachait du doigt quand on voulait le montrer sur une carte du monde, elle avait lâché :  » Oui, mais, au moins, toi tu as un pays…  » J’ai souvent pensé à cette remarque, surtout quand les aléas de l’histoire (tragique) ont fait que j’ai le pays de mes aïeux a cessé d’être le mien.  » Ainsi va le monde… « 

    J'aime

  2. Certes c’est une avancée à la vitesse d’un escargot. Mais c’est tout de même une avancée. Etre reconnu comme un état donne des droits, en particulier celui de faire des démarches auprès de la Cour pénale internationale. Et si Israël réagit aujourd’hui en disant vouloir redoubler dans la construction de colonies, cela ne pourra pas continuer indéfiniment.
    Je pense que cette reconnaissance de la Palestine comme Etat est le départ de nouvelles négociations qui s’instaureront doucement. De toutes manières, il y a ce qui se dit dans l’hémicycle officiel, et toutes les discussions en secret auxquelles personne dans le grand public que nous sommes ont accès. Françoise C-E

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s