L’Ecosse aux Ecossais

            EDIMBOURG/GLASGOW/SKYE – Trois cents ans exactement après l’union anglo-écossaise créant le Royaume-Uni, le drapeau écossais bleu à croix blanche flotte partout sur Edimbourg. Il me semble que lors de ma dernière visite (il y a 28 ans…) on ne voyait que l’Union Jack britannique. Le Parti national écossais, le SNP, est donné favori du scrutin de jeudi 3 mai qui verra le renouvellement du Parlement de Holyrood, l’assemblée écossaise. S’ils l’emportent face à la majorité sortante travailliste qui vise un troisième mandat, les « nationalistes » promettent d’organiser un référendum sur l’indépendance d’ici 2010. Le message des « Nats », comme on les surnomme, n’est pas sans rappeler la stratégie du PQ, le Parti québécois : votez pour nous, ça ne coûte rien d’essayer. C’est comme ça que le PQ a certes gagné les élections à diverses reprises depuis 1976 mais aussi qu’il a perdu deux référendums sur la souveraineté.

Tim, dynamique vendeur de cuisines qui a roulé sa bosse jusqu’en Australie et aux Etats-Unis où il a été camionneur, envisage de donner sa voix au SNP. « Tous les autres partis proposent plus ou moins la même chose, l’indépendance on n’a pas encore essayé », dit-il, avec une insouciance surprenante quand on songe à l’enjeu. Je lui rétorque que, tout comme au Québec, un vote pour les nationalistes ne serait pas ipso facto un vote pour la souveraineté. Il me répond que contrairement au Québec, les électeurs du parti nationaliste sont généralement favorables à l’indépendance, le plus connu étant l’acteur Sean Connery. Le SNP bénéficie d’ailleurs de ses largesses. Néanmoins un sondage récent place l’option indépendantiste à un maigre 22%.

En dehors des drapeaux, les Ecossais semblent déjà indépendants, au moins psychologiquement. Les mots  «Scotland », « Scot » et « Scottish » sont employés à toutes les sauces, même le petit-déjeuner n’y échappe pas. A preuve, cette belle boîte « Scottish Breakfast », contenant un mélange de thés noirs corsés de l’Assam, de Ceylan et du Kenya que je trouve dans un magasin pour touristes sur la route de l’île de Skye. Toute comparaison avec le fameux « English Breakfast » serait sans doute malvenue.  « Ce qui est frappant pour un non-Ecossais c’est l’insistance constante sur la fierté et le patriotisme écossais », écrivait récemment depuis Edimbourg le chroniqueur du journal The Guardian Jonathan Freedland. « Pour ne pas être débordés par le SNP, les hommes politiques travaillistes invoquent à l’envi la nation écossaise ».

bernard.giansetto@wanadoo.fr

Pour aller plus loin :

http://www.taurillon.org/forum.php3?id_article=1166&id_forum=1658

Un commentaire sur “L’Ecosse aux Ecossais

  1. Toute fois que quelqu’un parle de Glasglow-Ecosse,je me souviens de le grand romans de A.J.CRONIN …Citadelle ! Aussi que SIR. Sean Connery le meilleur James Bond.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s