Faut-il jeter les journalistes de plus de 40 ans ?

PARIS – L’été dernier, alors que je soulignais auprès d’un employé de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) la quasi impossibilité de retrouver un boulot stable après 50 ans, celui-ci m’avait répondu que l’on commençait à se rendre compte que l’expérience pouvait avoir de la valeur. Il m’avait raconté qu’un journal moribond (*), qui avait tenté de rebondir en n’embauchant que des jeunes, venait d’appeler l’ANPE au secours après avoir réalisé que son encadrement manquait de journalistes ayant un minimum de bouteille…

Alain Weill, patron de Radio Monte-Carlo, de BFM (radio et télévision) et du quotidien économique français La Tribune, était interrogé récemment sur la question de savoir s’il fallait « jeter les vieux journalistes« . Lors de l’émission de France-Culture « Masse critique » du 7 février, on lui a demandé en effet si, désormais, les groupes de presse devaient embaucher uniquement des jeunes, censés être plus réactifs et plus au fait des nouveaux moyens de communication. Bref, « faut-il jeter tous les journalistes qui ont plus de 35-40 ans?« , s’est entendu demander ce patron de presse, qui fêtera lui-même son quarante-huitième anniversaire en avril.

La réponse du patron du groupe NextRadioTV : « Je me rends compte que le journalisme est un métier pour lequel l’expérience est quelque chose de très important. Avoir vécu des élections, des conflits, ça permet d’être beaucoup plus compétent à l’antenne, d’être beaucoup plus à l’aise, surtout à la radio et à la télévision. Parce que, quand on a connu deux trois guerres, couvert deux trois élections américaines, on est quand même plus performant, on maîtrise beaucoup mieux le sujet. (…) 

« C’est vrai qu’à l’étranger, ajoutait-il fort justement, on voit beaucoup de journalistes qui ont des cheveux blancs. Il faut de l’expérience pour faire un bon journaliste. Il y a des métiers où la fraîcheur est sans doute un avantage ; dans le journalisme, la fraîcheur n’est certainement pas un inconvénient et on peut garder de la fraîcheur tout en ayant 60 ans. Mais l’expérience accumulée est irremplaçable…« .

(*) Il s’agit de France-Soir qui est le seul quotidien français à avoir fortement augmenté ses ventes en 2008. Il repart toutefois de très bas puisqu’il tourne autour de 24.000 exemplaires par jour contre plus d’un million dans les années soixante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s