Ahmadinejad s’est-il censuré ?

ahmadinejad-geneve.1241819949.jpgGENEVE – « Please check against delivery« , est-il écrit sur la page de garde de la version anglaise du discours du président iranien Mahmoud Ahmadinejad que celui-ci a prononcé devant la conférence sur le racisme ce lundi à Genève, allocution qui a soulevé un tollé – mais déclenché aussi des applaudissements. Cette petite phrase signifie qu’il faut vérifier ce qui est effectivement dit par rapport au texte écrit. « Vérifier au prononcé » ou « seul le prononcé fait foi« , indiquent généralement les discours en français.

Il se trouve que deux versions en anglais du texte de M. Ahmadinejad ont été distribuées. Une première avant qu’il ne monte à la tribune et qui ne contenait pas les violents propos anti-israéliens qu’il a proférés. Ceux-ci figurent dans la seconde version distribuée pendant l’allocution. Et pour compliquer l’affaire, le chef de l’Etat iranien n’a, semble-t-il, pas dit exactement la même chose (en persan) que ce qui figure dans la version écrite anglaise distribuée dans la salle. Dans cette dernière, il évoque en effet le fait que « les souffrances juives et la question ambiguë et douteuse de l’Holocauste » aient servies de « prétexte » aux grande puissance pour créer l’Etat d’Israël aux dépens de la population locale arabe palestinienne. Or, oralement, en persan, il n’a pas ajouté de qualificatifs à la Shoah, se bornant à évoquer « les souffrances juives et l’Holocauste« . C’est d’ailleurs, cette dernière traduction simultanée en français qui a été diffusée sur Radio-France par exemple.

Cet épisode soulève au moins deux questions : pourquoi la délégation iranienne a-t-elle distribué deux versions, la première étant expurgée de son contenu inacceptable pour les Occidentaux ; et pourquoi, à la tribune, Mahmoud Ahmadinejad, sous les huées et les applaudissements ne laisse-t-il pas entendre que le génocide juif serait « ambigu et douteux« , comme il l’a écrit ou fait écrire ?

Je n’ai évidemment pas de réponse. Je sais simplement que les Iraniens savaient que les diplomates européens avaient prévu de quitter la salle en cas de « dérapage » et qu’ils ont commencé par distribuer une version édulcorée du discours. Pour prendre les Européens par surprise ? Pour que la provocation soient encore plus éclatante ? Quant à la disparition des adjectifs « ambigu » et « douteux » au sujet de la Shoah, je m’interroge : les paroles s’envolent mais les écrits restent, même si la règle veut que l’on « vérifie au prononcé« .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s