Le prix des mots à l’ONU

onu-003.1243549167.jpgNEW YORK – La Commission du développement durable vient d’achever ses travaux à l’ONU en formulant un certain nombre de recommandations après deux semaines de débat. Celles-ci ont été orientées en grande partie sur les moyens de mettre en œuvre une révolution verte en Afrique. Des organisations non gouvernementales (*) suivaient l’événement et publiaient même une lettre d’information quotidienne en anglais, intitulée « Outreach Issues ». Elles ont ainsi publié une série de chiffres sur les dépenses induites par cette session et les deux qui l’avaient précédée ces deux dernières années. Question posée : « Tout cela en vaut-il la peine ? ». Comprendre : tout ce bla-bla… 

Ces ONG ont calculé en effet que les trois aller-retour pour New York en deux ans de quelque 200 délégués venus des quatre coins du monde représentaient une coquette somme qu’ils ont évaluée à 900.000 dollars ; que le budget représenté par les per diem (notes de frais forfaitaire) pour cinq semaines de réunion, à 300 dollars par jour par représentant, pouvait être évalué à 1,8 million de dollars ; et enfin qu’à 1,133 kilo de gaz carbonique par aller-retour en avion par délégué, on avait relâché dans l’atmosphère 679 tonnes de ce gaz à effet de serre, rien que pour réunir tout ce beau monde. 

Les auteurs de ces estimations, ont souligné qu’avec 900.000 dollars, le Programme alimentaire mondial de l’ONU pouvait nourrir 600.000 enfants pendant une semaine ou acheter 180.000 chèvres dans une zone comme le Sahel. Avec 1,8 million de dollars, l’UNICEF pourrait acheter du matériel scolaire pour 400.000 enfants du Zimbabwe. Et enfin 679 tonnes de gaz carbonique, c’est plus que se qu’émettent un certain nombre de petits pays du tiers-monde en un an, ou un archipel français comme Saint-Pierre et Miquelon. 

Conclusion des auteurs : « Alors que les temps sont durs désormais sur les plans économique et financier, la question des coût devient incontournable. Avec plus de cent millions de personnes qui rejoignent les rangs des affamés et des mal nourris dans le monde en 2008, le coût est une question éthique légitime ». Les prochaines sessions de la Commission du développement durable auront lieu à New York du 3 au 14 mai 2010 et du 2 au 13 mai 2011.

(*) Sustainable Development Issues Network (www.sdin-ngo.net) et Stakeholder Forum (http://media.stakeholderforum.org)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s