Corps à corps dans les aéroports

venise-capodanno-2009-079.1262830949.jpgNEW YORK – L’information du jour ce matin nous venait une fois encore des aéroports : à partir de ce lundi, les passagers en partance de 14 pays « sensibles » et se rendant aux Etats-Unis doivent être fouillés, palpés, pelottés… Le Pakistan, l’Arabie, le Nigeria en particulier sont sur la liste. 

Le Nigeria bien sûr d’où est originaire le jeune homme au visage poupin qui a tenté de se faire sauter avec ses compagnons de voyage le 25 décembre avant d’atterrir à Détroit.

J’avais l’impression qu’elle se relâchait un peu la vigilance dans les aéroports ces derniers temps. C’est normal, c’est humain, on ne peut rester sur ses gardes en permanence. Eh bien, c’est fini pour un petit moment. Le réveil a failli être brutal et l’enterrement d’Al-Qaïda annoncé régulièrement est remis à plus tard.

Quatorze pays, tous majoritairement musulmans et dont les ressortissants sont donc a priori suspects, même si probablement 99,9% d’entre eux ne feraient pas de mal à une mouche. Dans la liste publiée par le New York Times, je ne vois naturellement pas l’Irlande qui a pourtant longtemps abrité des terroristes sans état d’âme et qui en abrite certainement encore.

Eh bien rassurez-vous, hier dimanche, à l’aéroport de Dublin, alors même que cette mesure n’était officiellement pas entrée en vigueur, on fouillait chaque passager embarquant pour les Etats-Unis. Mon avion a décollé avec une heure de retard car nous y sommes tous et toutes passés, en rang sur deux files : les hommes palpés par des hommes, les femmes par des femmes. Le contenu des sacs de cabine était passé au crible, ce qui prenait un certain temps du côté des femmes car les produits de beauté étaient manifestement considérés avec suspicion. Et les vieilles dames bien poudrées n’étaient pas plus épargnées que les autres.

Ca peut sembler risible, ridicule même, mais toute la question est de savoir s’il y a moyen de faire autrement à ce stade. Et la réponse n’est pas évidente. Il paraît que certaines compagnies demandent de ne plus se lever pour se rendre aux toilettes une heure avant l’atterrissage. Un de mes collègues onusiens dit en ricanant que l’on va finir par voyager en slip, attaché à son siège. Ou par ne plus prendre l’avion. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s