Les langues meurent aussi (II)

BAILE ATHA CLIATH / DUBLIN – Máirtín Ó Cadhain (1906-1970), écrivain irlandais de langue gaélique, a fait le constat suivant un jour : « La vérité est que l’irlandais n’est plus une langue vivante (…) Il est difficile de donner le meilleur de soi-même dans un médium qui a toutes les chances d’être mort avant l’hiver« .

(citation, en anglais, relevée au Musée des écrivains de Dublin – Baile Atha Cliath, en irlandais…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s