Langue officielle corse

corsica.1220281450.jpgENTRE BASTIA ET NICE – « Si le corse avait dû être une langue, les anciens s’en seraient chargés et auraient fait ce qu’il fallait pour« . La femme qui me tient ce propos pas très volontariste est pourtant une corsophone pratiquante. Elle se rend à Nice avec son mari qui doit y subir des examens médicaux.

C’est un couple tranquille de septuagénaires rencontrés à bord du Mega Express 4 de la compagnie Corsica Ferries il y a quelques jours en regagnant le continent depuis la Corse. Ils sont de Corte (Corti en langue corse) et ont presque toujours vécu dans l’île. Lui est un chauffeur routier à la retraite. Il a fait son service militaire en Algérie, où il a été blessé, a un frère exilé à Saint-Eloy-les-Mines en Auvergne et confie que lui n’aurait émigré pour rien au monde. Il est venu une fois à Paris, en est reparti bien vite, ne connaît pas l’Italie, contrairement à son épouse qui s’est rendu dans la botte à plusieurs reprises – mais c’était avant de se marier. Entre eux, ils parlent corse mais ce n’est pas le corse que l’on enseigne à l’école. Car, m’expliquent-ils, le corse de Corte n’est pas tout à fait le même que celui de Bastia ou d’Ajaccio (Aiacciu). Et c’est tout juste s’ils comprennent leurs compatriotes de Bonifacio (Bunifaziu), à l’autre bout de l’île.

Ils disent que de nombreux parents ne veulent pas que leur enfant apprennent le corse à l’école car ce n’est pas celui que l’on parle dans la rue. Bref, cette « langue officielle » serait en partie artificielle, tout comme l’occitan enseigné dans le sud de la France s’efforce d’unir laborieusement le béarnais, le provençal et les dialectes auvergnats ainsi que d’autres patois méridionaux eux aussi moribonds.

L’atout du corse, c’est que, comme l’alsacien, il bouge encore. Selon les chiffres officiels, plus de 92% des élèves du primaire apprennent le corse, plus de 40% dans le secondaire. Mais cela ne signifie pas que les enfants le parlent spontanément. « Quand on leur adresse la parole en corse, ils vous répondent en français !« , constate le vieux monsieur, un soupçon de regret dans la voix. Sans doute, serait-ce différent si on leur avait parlé corse dès le berceau.

***

Pour en savoir plus sur la question, un bilan très complet de l’université Laval de Québec :

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/europe/corsefra.htm 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s