Les langues meurent aussi (III)

img_0661.1221842459.JPGNOMAGLIO – Le piémontais est une langue rugueuse comme les montagnes qui lui ont donné naissance. Il ne ressemble guère à l’italien, à peine plus au français. On pourrait dire qu’il se situe quelque part entre les deux mais ce serait sans doute une comparaison aussi facile qu’inexacte. La première fois que je suis venu à Nomaglio (Noumaï en piémontais), le village de mes grands parents paternels, on se saluait par des « boun di » énergiques. C’était en 1967. Quarante ans plus tard, en dehors des vieux, on salue plutôt par un « buon giorno » standard. Le soir, chez Carla, l’aubergiste renommée pour sa cuisine « casalinga » (familiale) et pour sa roborative polenta grassa dominicale, on joue pourtant encore aux cartes en piémontais voire dans un mélange de « patois » et d’italien.

Mais tous les signes d’un déclin inéluctable sont là. Vous n’entendrez jamais un adulte, même âgé, s’adresser à un enfant en piémontais. Les gens de ma génération, autrement dit les quadras et les quinquagénaires ont cessé de parler patois à leurs enfants, même s’ils le parlent couramment entre eux.

Pour les linguistes, c’est là le critère clé pour prédire la pérennité d’une langue ou d’un dialecte : « Si vous avez une population où les plus jeunes locuteurs ont vingt ans, vous pouvez calculer que d’ici 50 à 80 ans il n’y aura plus de langue. Parce que les jeunes de 15 ans, lorsqu’ils se marieront, ne passeront pas la langue de leurs aînés à leurs enfants. Ce sont des langues qui peuvent avoir des millions de locuteurs mais si vous regardez les enfants aujourd’hui, ce sont les futurs parents. Si donc vous voyez que les enfants et les jeunes de vingt ans ne parlent pas la langue, attendez 50 ans et il n’y aura plus de langue. » *

* Colette Grinevald, linguiste à l’université de Lyon 2, sur France Culture le 10 juin 2008 dans l’émission « Travaux publics »

Un commentaire sur “Les langues meurent aussi (III)

  1. Un Piémontais ne devrait jamais craindre l’ire de ses connaissances, fussent-elles corses s’il parle vrai -ce qui a l’air d’être le cas!

    Je souhaite vivement que le Piémontais au regard juste approfondisse cette question des langues de nos ancêtres..communs.

    A bientôt sur le net ou mieux si nous prenons le temps.

    PS : Je ne vais que très rarement sur les blogs mais là c’était trop tentant.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s